Résumé du Partner’s Day : le all médias ou la production de documents multisupports

évènement nextformation : le all médias

Dans  le cadre du Partner’s Day, évènement dédié aux professionnels, nous avons accueilli la semaine dernière dernier Thierry Buanic, expert en flux de production PAO et en PDF. Cette rencontre sur le thème au all médias avait pour but d’introduire la tendance du développement des outils dédiés aux graphistes et metteurs en page pour produire des contenus sur tous types de supports.

Avant d’aller plus loin, il est important de bien définir ce que l’on qualifie de all médias et qui pourrait à tort être comparé au multimédia.

La frontière entre les deux est mince mais il ne faut pas s’y tromper. Avec le temps, on  en est venu à rattacher à la définition du mot multimédia tout ce qui touche aux contenus animés, alors que le terme all médias s’emploie pour des contenus destinés à être publiés sur plusieurs supports (tablettes, sites web, papier…).

La spéculation sur la pâte à papier est plus rentable que la vente de papier

kiosque journaux

Sous ce titre se cache une anecdote qui relate le contexte actuel à savoir que le monde de la presse subit une crise sans précédent. Le nombre de lecteurs diminuent mais le coût du papier reste important. Pour survivre certains quotidiens ont du venir des hebdomadaires.

L’autre option de survie est assez récente. En effet depuis 2010, grâce à l’apparition de l’iPad, la presse tente de reconquérir un marché en baisse. Les tablettes sont une véritable révolution car elles sont un outil ergonomique pour la lecture ce qui n’était pas le cas avec un ordinateur portable classique.

Rien qu’en France, il s’est vendu 1,7 millions de tablettes à Noël.

C’est un second souffle pour le monde de la presse qui y voit là un nouveau moyen de toucher un public qui ne se rend plus dans les kiosques. Si vous ne vous déplacez plus, c’est la presse qui viendra à vous. Mais produire des contenus pour un site web et tablettes requière des étapes supplémentaires à ne pas négliger.

deux personnes en train de lire : un jeune avec un quotidien papier, un ancien avec un ordinateur portable
Pour adapter des contenus aussi bien à des sites web qu’à des smartphones ou tablettes, il faut passer en amont par du développement. On parle de normes : XML, HTML5 ou encore le PDF, et il en existe bien d’autres. Le grand perdant étant Flash dont Adobe licencie les salariés en masse puisqu’avec la montée du HTML5 il n’est plus pressenti comme le programme de référence pour supporter les contenus.

Ce travail de norme implique une évolution des compétences, par exemple au Daily Telegraph, les journalistes produisent des textes destinés à s’afficher sur plusieurs médias en précisant eux-même les balises spécifiques (petits morceaux de code) pour que leur texte s’adapte correctement aux différents mises en page.

Une évolution des compétences mais un travail de mise en page avant tout

Comme expliqué plus haut, les acteurs qui travaillent sur les supports d’information et de communication vont devoir monter en compétence. C’est notamment le cas des graphistes et metteurs en page qui ont désormais la possibilité, avec des outils classiques de mises en page, de créer des contenus pour écrans.

Les éditeurs de solutions l’ont bien compris et, pour répondre aux attentes, ont développé des fonctionnalités directement intégrées dans les logiciels de mise en page préférés des professionnels. Adobe InDesign par exemple, permet depuis la CS4 de créer des contenus interactifs et animés sans ligne de code mais c’est vraiment depuis la CS5.5 que l’outil devient appréciable. Excepté une limitation liée à l’export des animations au format .SWF (pour le moment), les fonctionnalités d’Indesign restent très intéressantes.

Ci-dessous et en anglais un exemple de démonstration du potentiel de InDesign CS5.5

Au delà des outils déjà connus, des nouveaux produits ont aussi été développés par Adobe, ils ne sont cependant utilisables qu’en version bêta.

Adobe a récemment proposé un logiciel nommé Edge qui permet de réaliser des animations en HTML5. En fonction des usages, il vient concurrencer directement Flash (à quand la fin du logiciel Flash ?), pour les autres il peut servir d’alternative à InDesign qui reste très limité à cause de son interface pas vraiment optimisée pour la réalisation d’animations.

Ci-dessous et en anglais, une introduction de la nouvelle solution Edge.

L’autre solution qui  pointe le bout de son nez et intéresse de plus en plus les graphistes, c’est Muse ! Par son principe, produire des sites web sans ligne de code, on pourrait à juste titre la comparer à Dreamweaver mais elle est en réalité assez différente. Son interface se rapprochant plus des logiciels de mise en page, elle est avant tout destinée aux maquettistes. Adobe a perçu l’intérêt grandissant des graphistes et propose ici un nouveau logiciel capable de concevoir des sites mais qui garde la logique de l’interface et l’esprit de InDesign.

Ci-dessous et en anglais, une présentation du concept de Muse.

Du contenu multisupport à l’application il n’y a qu’un clic

Proposer des contenus all médias c’est un très bon début, mais il est possible d’aller plus loin. Au delà de la production de contenus interactifs pour smartphone et tablette, la version CS5.5 de InDesign propose aussi de créer des applications. Pour cela Adobe permet à partir d’un fichier InDesign de l’exporter au format .FOLIO, format propriétaire d’Adobe lisible uniquement sur iPad pour le moment, et qui sera ensuite stocké sur ses serveurs pour la diffusion au public. L’application ne peut pas être récupérée par le créateur car les droits de l’application appartiennent à Adobe mais en contrepartie d’un paiement à l’avance, peut être proposée au téléchargement à des utilisateurs. Ensuite c’est encore à l’entreprise qui souhaite diffuser l’application de faire une estimation du nombre de téléchargement pour prévoir le coût qui lui sera facturé, là aussi en avance.

Adobe est beaucoup cité dans ce résumé car il n’existe pour le moment pas vraiment d’alternative sur ce nouveau secteur. Il y a quand même une autre entreprise à citer et à plébisciter car française qui plus est. Il s’agit d’Aquafadas qui propose le même genre de solution avec des tarifs moins chers. Aquafadas a déjà attiré l’intérêt des grands puisque sa solution est utilisée par le groupe Bayard Presse.

Le marché de la publication all médias est très récent mais les solutions ne se sont pas faites attendre. Il est ainsi très facile pour les journaux et magazines de diffuser des contenus pour écrans. Reste que pour le moment les coûts peuvent paraître chers (60 000$ pour 500 000 téléchargements avec la solution Adobe) car le modèle économique actuel n’est pas clairement défini, on peut donc s’attendre à des ajustements.

Graphistes versus développeurs : où est la frontière ?

Les grands gagnants de cette mutation ce sont les graphistes et metteurs en page dont le rôle est ou plutôt va devenir de plus en plus important. En effet, avec le développement du all medias et l’évolution du marché des tablettes, les sites de presse et de contenu vont avoir recours de plus en plus à ces derniers pour des travaux de mise en page et de cohérence commune entre les supports.

Qu’en est-il du métier de développeur ? Encore aujourd’hui, le développement de site est restreint à des professionnels. Avec l’apparition des CMS la création de sites et blog s’est simplifiée mais exige tout de même des connaissances. L’apparition de Muse va peut-être avoir l’effet d’une bombe dans le marché de la création de site ; en effet, la majorité des sites sur internet ne requière pas de développements lourds. A l’avenir, les développeurs vont avoir un rôle plus limité dans la partie de création de site ou en tout cas vont se focaliser sur des sites qui demandent des développements sur mesure.


Et pour terminer, petit cadeau pour les participants du Partner’s Day avec qui nous avons évoqué la sortie de la suite Adobe CS6 en faisant allusion à l’outil in croyable qui permet de déflouter des photos. Voici l’impressionnante fonctionnalité en vidéo.

 Découvrez nos actualités, évènements et formations diplômante et continue

Formation Création de supports interactifs pour tablettes

Cette formation de 2 jours destinés aux graphistes et maquettistes vous initiera aux nouvelles fonctionnalités de la CS5.5 pour la production de contenus interactifs.

En savoir plus sur la formation Création de supports interactifs pour tablettes

Devenez Infographiste Multimédia

Le diplôme d’Infographiste Multimédia (niveau III), reconnu par l’Etat, vous permet d’intervenir dans la réalisation des oeuvres papier ou multimédias, qu’il s’agisse d’un site web, d’une affiche, d’un CD-Rom, d’un jeu vidéo ou d’un flyer.

En savoir plus sur la formation Infographiste Multimédia

Formation Adobe InDesign

Vous souhaitez utiliser votre DIF pour bénéficier d’une formation ?

En savoir plus sur nos formations Adobe Indesign


Community Manager du groupe NextFormation

1 Comment

    Leave a Comment

     

    — required *

    — required *